Une amie inattendue

Ecrite pour de jeunes acteurs (11 et 15 ans), la pièce sensibilise à la problématique qu’ils peuvent rencontrer lorsqu’ils sont confrontés à  l’accident ou  la maladie.

La pièce a été créée par moi-même au Lycée Fieldgen (Luxembourg), puis par Caty Baccega (en Belgique) et Jérôme Varanfrain (au Luxembourg).

Extrait de la version initiale conçue pour 12 jeunes filles:

Marie est assoupie sur le plateau. Elle se réveille lentement et regarde autour d’elle. Elle semble un peu perdue. Elle regarde sa montre.

Marie :       L’école !

Marie s’agite en tous sens et quitte le plateau. Elle réapparaît presque aussitôt avec un cartable.

Lisa et Kelly entrent sur le plateau. Elles sont en pleine discussion.

Lisa :                  Je ne connais rien, je te dis ! Je vais me faire allumer !

Kelly :        Tu le savais pourtant, qu’on avait contrôle.

Lisa :                  Déjà que la prof peut pas m’encadrer.

Kelly :        Ouais. Et puis c’est un gros coefficient.

Marie s’est approchée des filles.

Marie :       Salut Lisa, salut Kelly !

Les deux filles ne font pas attention à elle.

Lisa :                  Tu veux me faire flipper ou quoi ?

Kelly :        Non, c’est juste que la prof a été très claire…

Lisa :                  Tout ça c’est à cause de mon frère.

Marie :       Heho ! Je vous parle.

Kelly :        Je croyais qu’il était à la fac.

Lisa :                  Il est revenu ce week-end… présenter « son amour, sa princesse » !

Kelly :        Je vois pas le rapport !

Marie :       Vous le faites exprès ? Pourquoi vous ne me parlez pas ?

Lisa :         J’ai un peu envahi sa chambre depuis qu’il est parti… Bref, tous mes cours sont sur son bureau.

Marie :       Kelly ! Lisa !

Kelly :        Et alors ?

Lisa :         Il a fermé la porte à clé tout le week-end. Il devait avoir peur que j’aille fouiller dans les strings de sa copine.

Kelly :        Elle met des strings ?

Les deux filles quittent le plateau.

Marie :       Ça alors !

Joanna, Lena et Daniela entrent.

Joanna :    La scène qu’elle m’a fait !

Lena :        Comment tu as réussi à le récupérer.

Daniela :   C’est moi. Elle m’a envoyé un sms et je suis allé le récupérer dans la poubelle devant chez elle.

Marie :       Salut les filles !

Une fois encore, personne ne fait attention à Marie.

Joanna :    Regarde, il est trop top !

Lena :        Oh wow !… Mais ça te sert à quoi si tu peux pas le porter ?

Joanna :    Je le mettrai en sortant de l’école !

Marie :       Ça  va pas recommencer ?

Lena :        Et si ta mère le sait ?

Daniela :   Qui veux-tu qui lui dise ?

Marie :       Vous allez me répondre, oui ?

Lena :        Pourquoi vous me regardez comme ça ? Je ne dirai rien.

Daniela :   Et moi je suis une vraie tombe !

Les trois filles sortent.

Marie :       Qu’est-ce qu’il m’arrive ?

Vanessa, Caroline, Tamara et Claire traversent le plateau.

Claire :      Vite ! Vite ! On est en retard !

Marie leur fait de grands gestes.

Marie :       Hého ! Hého ! Je suis là !

Personne ne réagit. Marie reste seule. Une voix retentit.

Yan :          Te fatigue pas, elles ne peuvent pas t’entendre.

Marie :       Qui est là ?

Yan :          N’aie pas peur, c’est moi.

Marie cherche d’où provient la voix. Yan vient se glisser derrière elle sans qu’elle s’en aperçoive.

Marie :       Qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ?

Yan :          Je m’appelle Yan. N’aie pas peur.

Marie :       Vous… vous me voyez ?

Yan :          Ne me vouvoie pas. Tu peux me dire « tu ». Et… oui, je te vois.

Marie :       Comment ça se fait ? Je ne comprends pas, je ne te connais pas et tu me vois. Et mes amies que je vois tous les jours, elles ne me voient plus.

Yan :          C’est comme ça. Maintenant ton amie, c’est moi.

Marie :       Je ne te connais pas, je te dis. On ne devient pas amies comme ça.

Yan :          Tu n’as pas vraiment le choix.

Marie :       Je ne comprends rien à ce que tu dis. Pourquoi mes amies ne me voient plus.

Yan :          Je n’en sais rien. Je sais juste que c’est comme si tu n’avais jamais été là. Pour moi, c’est pareil.

Marie :       Tu dis n’importe quoi !

Yan :          Tiens ! Regarde tes copines avec la prof de maths.

Entre Manuela (la prof de maths) suivie de toutes les filles.

Manuela :  Mesdemoiselles, un peu de calme, s’il vous plaît.

Les filles font beaucoup de bruit.

Manuela :  J’ai dit « silence » !

Caroline :  C’est pas vrai, elle l’a pas dit !

Vanessa :  Fais gaffe, elle est pas de bonne humeur.

Tamara :    T’as vu sa tête !

Manuela :  Des candidates pour trois heures de colle ?

Toutes :     Non, madame.

Marie rejoint le groupe des filles. Yan la suit.

Yan :          Ça ne sert à rien.

Marie :       Pourquoi ?

Manuela :  Je vais faire l’appel.

Chaque fois qu’un prénom est cité, la fille désignée répond « présente » ou « oui ».

Manuela :  Joanna, Caroline, Claire, Daniela, Kelly, Lena, Lisa, Tamara et Vanessa.

Marie :       Elle ne m’a pas appelée.

Yan :          C’est normal.

Manuela :  J’ai décidé de reporter le contrôle prévu aujourd’hui.

Kelly :        Génial !

Claire :      C’est dégueulasse, j’avais super bien étudié !

Tamara      Qu’est-ce que ça peut te faire alors ?

Yan :          Regarde…

Manuela :  Aujourd’hui, je voudrais que nous parlions de…

Yan calque des doigts. Aussitôt, la prof et toutes les filles restent figées dans leur position.

Marie :       Qu’est-ce que tu leur as fait ?

Yan :          C’est rigolo, non ?

Marie :       Qu’est-ce que tu leur as fait ?

Yan :          Un petit tour fastoche. Je te l’apprendrai si tu veux.

Marie :       Pourquoi tu as fait ça ?

Yan :          Elles allaient commencer à être méchantes avec toi.

Marie :       Pourquoi elles seraient méchantes ? On est une classe qui s’entend super bien. Et je n’ai aucun problème avec madame Manuela.

Yan :          Ah oui, tu crois ?

Marie :       J’en suis sûre.

Yan :          J’en connais une qui ne va pas en croire ses oreilles…

Yan claque à nouveau des doigts. Toute la classe reprend vie.

Manuela :  … je voudrais que nous parlions de Marie. Comme vous le savez, cette petite peste nous a quittées sans même nous prévenir. Donc, je voudrais que vous essayiez chacune de dire ce qui, à vos yeux, l’a poussée à nous jouer ce vilain tour.

Les filles lèvent toutes la main et crient pour parler la première.

Manuela :  Silence !

Marie :       Pourquoi elle dit ça ? Je ne me suis jamais comportée comme une peste !

Manuela :  Une à la fois.

Yan :          Je t’avais prévenue… et ce n’est que le début.

Manuela :  Tamara.

Tamara      Elle est méchante. Tous les jours, dans la cour, elle me tirait les cheveux.

Marie :       C’est pas vrai, pourquoi elle dit ça ?

Kelly :        Ouais, et puis à la moindre occasion, elle nous traitait de « grosses vaches », Lisa et moi.

Tamara :    Alors qu’elle, elle se gênait pas pour faire ses sales coups en douce.

Marie :       Quoi ?!

Claire :      Elle a fait pipi dans le seau d’eau pour nettoyer le tableau.

Vanessa :  Et les toilettes, c’est elle qui passait son temps à les boucher en les bourrant de papiers.

Lena :        Les fringues de Kelly, on est certaines que c’est elle qui les volait.

Marie :       Ce sont mes amies, comment elles peuvent dire ça ?

Caroline :  Pendant les contrôles, elle n’arrêtait pas de tricher.

Marie :       C’est pas vrai !

Joanna :    Et son copain, qu’est-ce qu’elle a pu nous ennuyer avec lui.

Daniela :   « Oh Pierre ! Pierre ! il est tellement beau ! »

Lisa :         Il est moche, oui ! Il est plein de boutons !

Kelly :        Il a mauvaise haleine !

Vanessa :  Et puis il s’en fichait d’elle. Il avait plein d’autres copines.

Marie :       Arrêtez !

Yan claque des doigts. La classe se fige. Marie pleure.

Yan :          Tu vois ? Je te l’avais dit. C’est pas grave. Maintenant je suis là, moi.

Marie :       C’étaient mes amies.

Yan :          Oublie-les. C’est moi ton amie.

Marie :       Laisse-moi tranquille.

Yan :          Tu veux rester toute seule ?

Marie :       Pourquoi je te croirais ? Elles, j’étais sûre qu’elles m’aimaient bien. Laisse-moi.

Yan quitte le plateau. Marie se promène au milieu des filles.

Marie :       Pourquoi vous m’avez menti ? Pourquoi vous faisiez comme si vous étiez mes amies ?

Marie vient s’asseoir à l’avant-scène. Silence. Yan réapparaît.

Yan :          Marie ?

Marie :       Qu’est-ce que tu veux ?

Yan :          Tu es toujours triste ?

Marie :       Je n’ai pas envie de parler.

Yan :          Faut que je te dise quelque chose.

Marie :       Tu es sourde ou quoi ?

Yan :          Ce que tu as vu, ce n’était pas vrai.

Marie :       De quoi tu parles ?

Yan :          C’est moi.

Marie :       C’est moi ? Quoi, c’est moi ?

Yan :          J’ai fait dire n’importe quoi à ta prof et à tes copines.

Marie :       Ne te moque pas de moi. J’ai eu ma dose.

Yan :          Si tu veux que je t’explique, je ne suis pas loin.

Marie :       Yan ?

Yan :          C’est la première fois que tu m’appelles par mon prénom.

Marie :       Pourquoi tu aurais fait ça ?

Yan :          Il y a trop longtemps que je suis toute seule. Je voulais une amie.

Marie :       Comment tu as fait ? C’est impossible !

Yan :          Je ne sais pas comment. Il suffit que je claque des doigts.

Marie :       Et moi, je peux le faire ?

Yan :          Tu veux savoir ce qu’elles pensent vraiment de toi ? Claque des doigts.

Marie regarde la classe. Elle claque des doigts. La classe reprend vie.

Marie :       Ça marche !


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s